Pourquoi la poésie ?

www.katyalyzee.com
La poésie est le point de départ de la sensibilité artistique, elle est cri des profondeurs, musique, prière, rythme, moyen de communication et de connaissance... Il n'y a pas de poésie sans mélodie et logiquement, à toutes les époques,  elle a exprimé l'essentiel de l'être en associant musique instrumentale et musique des mots.
 
Le verbe poétique n'est que la pâle réplique de ce formidable verbe créateur qui balaya le vide intersidéral pour faire surgir le ciel étoilé, le soleil la terre.   Ainsi, le visible est né de  cet invisible qui octroya aux hommes et aux femmes d'ici bas  le don de la parole poétique. Qui que nous soyons, nous pouvons utiliser ce don, sans jamais en oublier la source, sous peine de stérilit

MADRASSINES   août 2014


           Extrait de l'avant-propos

"Voilà donc MADRASSINES un recueil qui me rappelle que l'écrivain n'est pas toujours le maître à bord ! Charles MAURON l'écrit fort justement dans PSYCHOCRITIQUES : "Le poème en sait plus que le poète". Partie avec la ferme intention de lui donner une structure interne proche de celle de COEUR DE FEMME, non seulement l'agencement suit un ordre intérieur plus proche de l'instinct que de la composition universitaire, mais encore, j'ai dû faire le deuil de certaines pièces poétiques "avalées" par la machine. Qu'est devenu Obélisque trois fois réécrit, trois fois disparu dans le ventre de mon ordinateur ? Pourquoi ai-je dû réécrire Le Jardin ?
Pourquoi ce titre étrange MADRASSINES s'est-il imposé alors que j'en avais au moins quatre autres moins étranges, plus classiques, plus dociles ? Je n'ai pas dit mon dernier mot... Le deuxième partie -que je pense publier bientôt - répondra sans doute à ces questions pour le moins insolites mais pertinentes.

Donc, lire MADRASSINES revient à reprendre le contrôle avec comme guides, les surprises de la découverte d'un univers poétique riche en thèmes, et à circuler dans un espace-temps élargi par les voyages réels et les paysages intérieurs qui vous lancent aux confins de l'absolu, l'Absolu du verbe, l'absolu de vous-même car tout lecteur est aussi, un "lecteur de soi-même", mais aussi et surtout, un créateur en puissance..."

Quelques titres de poèmes :

-Joséphine au balcon
-Si Plombières m'était conté
-Les mains fines de ma mère
-La complainte du négropolitain
-Impérialismes (écrit le jour même de la mort d'Aimé césaire, remis au docteur Aliker avant sa mort et interprété sur KMT TV en avril 2009...)


NB : Publié en un nombre limité d'exemplaires. Présent à LA FONTAINE DES MOTS la bibliothèque de Plombières...





La Fenêtre (un des poèmes lus au cours du déjeuner littéraire au Grand Hôtel de Plombières-les-bains le 3 août 2014)

Fenêtre ouverte sur les derniers feux
D'on dirait une lumière qui ouvre l'esprit
Loin des mensonges
Et des barrières
Et des brisures
Des illusions et des entraves
Posés d'un bout à l'autre d'une humanité
Désespéremment aveugle
Futile et ...
Mortifère

Elle est là
Et Rousseau, ébloui, l'a ouverte à demi
Payant par l'ostracisme cette audace scandaleuse
Fatale au toubadour
Elle est là encore un peu de temps
Et tout homme de coeur
Peut l'ouvrir, mains tremblantes
Car elle offre la clé
D'un Futur infini
Où l'amour et le droit
Régénèrent la vie...

P. 73 de MADRASSINES

LE JARDIN

NOUVEAUTE : KALEIDOSCOPE

Recueil en sons et en images regroupant des poèmes extraits des différents recueils de la TROBADORA créole.

La TROBADORA




Cliquez sur l'image pour accéder au site principal
  www.katyalyzee.com.
      Voir la rubrique  
        LA   POETESSE  

Quelques oeuvres

Coeur de femme (Titre du recueil et titre d'un poème)
Chant d'amour
La Source Plombiérine
La Mort du Poète
Partition créole
Entre dans ma folie
La Mort du vieux temps
Arabesque
Trahison
Le Berceau de Moïse 
Impérialismes
Nostalgie du Futur
Percussions
Orphelines
D'Infinis paysages
Je T'Attendrai
Le Luth cassé
Plaidoyer pour la vie
...
​* Plus d'une centaine de poèmes dont certains sont regroupés en recueils ou présentés en CD ou e
n vidéos

La poésie en images et son

Variations sur la "Femme Couchée"  sur la chaîne Youtube dd katy ALYZEE

Faire vivre le texte poétique
​La Poésie n'est pas faite pour être enfermée dans les livres...

Même si cette expression du souffle poétique  tire bénéfice -pour la postérité de la mémoire- de cette formidable invention  qu'est l'imprimerie, la musique, le dessin, la danse l'enrichissent  au plus haut point. les arts se conjuguent, et rien ne fait plus plaisir à la Trobadora que de faire participer le public au processus de re-création scénique  comme le montre l'extrait qui suit : 

Les Trois poèmes
Extrait en images et en son de poèmes du recueil MADRASSINES.
Le fond sonore, la version instrumentale de  Recto-verso, composé  par Katy ALYZEE est interprété au clavier  par Donaël, le petit musicien accompagné par la guitare de la poétesse-troubadour.

COEUR DE FEMME


Un recueil qui ne passe pas inaperçu.
Entre la remarque judicieuse de cette jeune femme qui me dit "entendre les battements du tambour" en lisant mes textes,  d'une autre qui me félicite pour ma vision objective sans parti-pris ni jugement,  de cette autre qui me dit merci d'avoir traduit ce qu'elle ressent sans pouvoir l'exprimer, de ce professeur d'université qui écrit sur mon exemplaire de FONDAS KREYOL-LA  que je suis la conscience de "tous" et j'en passe, Avec le recul, je considère COEUR DE FEMME comme une oeuvre majeure qui m'inscrit d'entrée de jeu dans la démarche du "troubadour" solitaire.
Le premier poème s'intitule SALUT AUX FEMMES, le dernier, COEUR DE FEMME.  Je ne puis relire ni l'un, ni l'autre sans un serrement de coeur. Le recueil a reçu la médaille de bronze de l'Académie Internationale de Lutèce en 1987, puis une mention spéciale "rythme instinctif"  à la biennale azuréenne de cannes la même année. Le poème, le premier prix aux jeux floraux an VIII décerné par l'AMEAR et la FOL de cette Martinique qui m'a vu naître.
Poèmes de la jeunesse dira-t-on. Moi je dis, poèmes précieux qui ont marqué ma liberté de Troubadour plus que jamais affirmée au moment où la vie m'apporte d'autres expériences, d'autres connaissances, d'autres choix.
J'ai repris SALUT AUX FEMMES avec ma guitare et mes percussions ( Il est loin le temps où je le lisais à la radio dans l'émission de Mr Ivan LABEJOF, avec -comme fond sonore- le beau danube bleu !). Il n'a - hélas- pas pris une ride, seule différence, mon point de vue sur la Mort revu et corrigé par une lecture plus éclairée de la Bible.
Voici le texte intégrale . Malheureusement la bande sonore n'est pas techniquement au point, elle viendra plus tard.


NB : Le recueil est épuisé mais on peut trouver des exemplaires à la bibliothèque Schoelcher de Fort-de-France et -bien entendu- à la bibliothèque nationale où sont conservés des exemplaires des oeuvres déclarées en dépôt légal. Les illustrations sont tout aussi significatives d'un ressenti douloureux face à la condition de la femme. 




SALUT AUX FEMMES (in COEUR DE FEMME- Katy ALYZEE)

                                                                   Paix à Toi l'ouvrière

                                                                Aux yeux cernés du noir

                                                                 Des heures besogneuses
                                                                  Dont les mains gercés                                              

                                                              Sont si douces à la joue de l'enfant

                                                             Quêtant l'amour et puis le pain

Paix à Toi la chômeuse, coeur étreint
Pliée sous le fardeau des jours de gêne
Pour qui le travail fuyant sans cesse
Comme l'oasis désert
N'a pas de prix !

Et Toi la fonctionnaire, cheveux luisants
bijoux cliquants,
Dont la nonchalance méprise la plèbe
Qui s'agite piteusement derrière
Le guichet
Est-ce parce qu'elle ne sait que sa langue
le créole !

Paix à l'écolière qui rêve
A l'intellectuelle amère ou prétentieuse
A l'artiste inspirée, à l'acculturée
A la politicienne
Qui veut changer la vie

Paix à la veuve qui gémit
Et encore chaque nuit
Vers le ciel impassible
Egrène la prière pour le défunt
Qu'elle ne peut remplacer

Paix à l'épouse bafouée
Humiliée, que la rivale
Complice inconsciente
Piétine obstinément

Et toi la rentière esseulée
Que guette ke gigolo
Fringant, insolent de jeunesse
Ne veux-tu pas la paix ?

Paix à toutes celles qui mendient
Un peu d'amour et d'affection
Jusque dans les bras de l'amant
Que hante déjà la silhoette de la 
Suivante
Chabine, mulatresse, coolie* ou bien négresse ?

Paix à toutes les femmes, 
Triomphantes ou victimes
A qui la solitude multiforme
Redit le malheur de n'être pas aimées
Vous par qui l'amour arrive
Vous les dépositaires,
Réservoirs d'humanité
sans qui la Vie ne serait pas !

* femme de type indien

NB  Je me propose de mettre ultérieurement  le poème sur CD avec un enregistrement studio. de meilleure qualité que celui qui est actuellement en ma possession.


PERCUSSIONS

Ecrit, mis en musique, interprété, illustré, dansé selon une chorégraphie qui s'inspire de la danse traditionnelle antillaise, symbolise la solitude créative de la poétesse qui ne sait pas encore qu'elle peut jouer d'un instrument. Il fait partie du BERCEAU DE MOÏSE * recueil qui a longtemps dormi dans mes tiroirs jusqu'à ce jour étrange, hallucinant,  où je me mets à le danser ! Il marque une étape extrêmement importante dans mon parcours artistique et dans mon parcours vital tout court : Je pouvais danser à nouveau ! Tous ceux qui ont été frappés par une maladie invalidante me comprendront : je danse et je cours à nouveau ! Merci  à tous ceux que le Créateur a mis sur mon chemin. Merci à la source Plombiérine, à Clotilde, Bernadette, Cédric,  aux  habitants de Plombières, et aux curistes qui m'encouragent depuis si longtemps.


* Finalement repris dans MADRASSINES

PLAIDOYER POUR LA VIE ou la tentative désespérée d'"éclore" en tant qu'artiste.

Poème en créole, hautement symbolique pour crier le désir d'oser être artiste en dépit des contingences fâcheuses, des esprits étriqués qui n'ont pas encore compris que l'élan poétique est comme le cri du nouveau-né : on ne peut l'étouffer sous peine d'assassiner un être humain qui aspire humblement à s'épanouir . L'oiseau chante naturellement, le poète-musicien aussi...






                                                           Petite biographie

"De même que Victor Hugo son premier modèle , Milton qui l'impréssionne, les auteurs du XVIème siècle qui ont révolutionné l'esprit des lettres, les troubadours artisans du fine amor, ce livre fondateur  qu'est la Bible  nourrit sa pensée et son écriture.
Bien entendu, elle est marquée par la poésie de Césaire , Senghor, Damas, Aragon, Prévert, Baudelaire (La liste est longue) qui lui ouvrent la voie du vers libéré et d'une poésie qui s'affranchit des carcans classiques où l'enfermaient ses études supérieures.
Elle se produit le plus souvent en soliste avec sa guitare, car la poésie -qui est le fondement de l'élan artistique- ne doit pas être enfermée dans les livres , mais habillée par la musique, la danse et tous les arts, pour exprimer émotions, sentiments et réflexions profondes sur les aspects fondamentaux de la condition humaine.
Katy ALYZEE est un pseudonyme artistique élaboré dans les pires moments de son existence pour revendiquer son appartenance à une culture caribéenne et à un univers créole qui s'enrichissent de tous les apports de la pensée universelle. La TROBADORA -second pseudonyme- l'inscrit dans la tradition des troubadours et des trouvères avec, cependant, un éclairage plus pointu sur le sens des écritures. Sans être "inspirée", elle est littéralement "habitée" par cette parole plus que jamais d'actualité."